LARYNGITES AIGUES DE L’ENFANT

LARYNGITES AIGUES DE L’ENFANT

 

Points clés: 2 etiologies principales, que tout oppose
 
 

Laryngite sous-glottique

Epiglottite

Fréquence

Première cause de dyspnée laryngée chez l’enfant

Très rare.

Age

1-3 ans

2-5 ans

Agent

Virus divers (non recherché)

Haemophilus influenzae B

Contexte

Dyspnée progressive dans un contexte de rhinopharyngite

Dyspnée d’emblée

Etat général

Conservé

Altéré

Fièvre

Modérée (38-38,5)

Elevée (40)

Signes associés

Voix enrouée

Toux rauque

Voix couverte Dysphagie intense Hypersialorrhée

Conduite à tenir

Corticothérapie HumidificationHospitalisation en cas d’échecTransfert médicalisé Hospitalisation en réanimationIntubation très fréquemment nécessaire pendant quelques joursHémocultures et PLAntibiothérapie (C3G type cefotaxine)
1. LARYNGITE AIGUE SOUS-GLOTTIQUE A. DIAGNOSTIC: EXCLUSIVEMENT CLINIQUE
  • POSITIF

1-3 ans

Au cours ou au décours d’une rhinopharyngiteFièvre modérée (38-38,5° C)Dyspnée laryngée (cf qu. nourrisson) progressive sur quelques heures

Toux rauque, voix enrouée

  • DIFFERENTIEL
L’examen clinique et l’évolution favorable dans les minutes suivant le traitement permettent d’éliminer les autres causes de laryngite infectieuse:Diphtérie laryngée ou croup:exceptionnel en France (0 cas depuis 1990)enfant non vacciné-voix éteinte-fausses membranes à l’examen de l’oropharynxEpiglottite B. CONDUITE A TENIR: URGENCE THERAPEUTIQUE
  • Sur les lieux de l’examen
Corticothérapie: Soludécadron IM 0,5 mg/kg éventuellement à renouveler une fois

Humidification de l’air

  • Evolution favorable:
Régression de la dyspnée dans les minutes suivant la corticothérapie. Signe le diagnosticHospitalisation non obligatoire Relais corticoïdes per os: beclométhasone (Celestène) 10 gouttes/kg/j 3 à 5 joursAntibiotiques discutés (etiologie virale)Pas d’examen complémentaire
  • Absence d’évolution favorable:
Laryngite sous-glottique grâve ou laryngo-trachéo-bronchiteSe méfier d’une épiglottite. Conduite à tenir: transfert médicalisé avec les précautions attachées à l’épiglottite 

C. FORMES CLINIQUES

  • Laryngite sous-glottique grâve:

Origine bactérienne

Corticoïdes inefficaces. Hospitalisation d’urgence.

Intubation fréquemment nécessaire

  • Laryngo-trachéo-bronchite:
Origine bactérienne (Staphylococcus aureus le plus souvent)Contexte septicémiqueDyspnée inspiratoire puis aux deux tempsLocalisation pulmonaire (râles, infiltrats radiologiques)Hospitalisation d’urgence.Antibiothérapie antistaphylococcique. Intubation souvent nécessaire
  • Laryngite sous-glottique non-dyspnéisante:
Au décours d’une rhinopharyngiteToux rauque et voix enrouéeEvolution favorable ou apparition d’une dyspnée
  • Laryngite sous-glottique récidivante:
·  Nécessite la réalisation à distance de l’épisode d’une endoscopie sous anesthésie générale à la recherche d’une malformation laryngée sous-jacente
  • Laryngite striduleuse (faux croup):

Début brutal, souvent la nuit

Toux rauque et dyspnée laryngée brèveInaugure la rougeole 2. EPIGLOTTITEUne des urgences majeuresA. ETIOLOGIEInfection à Haemophilus influenzae capsulé type 1B. La localisation au niveau de l’épiglotte entraîne des microabcès et un oedème volumineux.Localisations pulmonaire et méningée de ce germe également possible mais rare.B. DIAGNOSTIC: Triade dysnée brutale-dysphagie intense-fièvre élevée2-4 ansDébut brutalDyspnée laryngée majeure avec tirage importantVoix couverteDysphagie intense et hypersialorrhéePosition très évocatrice de l’enfant: assis, penché en avant et refusant le décubitusEtat général altéré et fièvre élevée (40°C) dans un contexte de septicémieC. CONDUITE A TENIR: EXTREME URGENCE THERAPEUTIQUE. MISE EN JEU DU PRONOSTIC VITAL
  • Transfert médicalisé en unité de réanimation
Sont proscrits par le risque d’arrêt cardio-respiratoire immédiat:Examen oropharyngé avec un abaisse-langueDécubitus (respecter la position de l’enfant)Les corticoïdes en attendant ce transfert sont possibles surtout si le diagnostic hésite avec une laryngite sous-glottique. Ils sont inefficaces en cas d’épiglottite.Aucun examen complémentaire n’a de place à ce stade.
  • Le traitement à l’hôpital:
Assurer la liberté des voies aériennes:par une intubation laryngo-trachéale souvent difficile le larynx étant obstrué par la volumineuse épiglottedans un bloc opératoirematériel de trachéotomie à proximitéPuis prélèvements pour examen bactériologique: Hémocultures, PL éventuellePuis antibiothérapie: Cephalosporine de 3ème génération type cefotaxime (Claforan)D. PROPHYLAXIE ET PREVENTIONTraitement prophylactique: Rifampicine chez les sujets contacts de moins de 4 ansTraitement préventif: Vaccination contre l’Haemophilus influenzae 1B. Dans les pays où cette vaccination est généralisée, l’épiglottite a pratiquement disparu.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

pour plus informations contacter moi sur mon e-mail:w.saoud@yahou.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×