LARYNGITES AIGUES DE L’ENFANT

LARYNGITES AIGUES DE L’ENFANT

 

Points clés: 2 etiologies principales, que tout oppose
 
 

Laryngite sous-glottique

Epiglottite

Fréquence

Première cause de dyspnée laryngée chez l’enfant

Très rare.

Age

1-3 ans

2-5 ans

Agent

Virus divers (non recherché)

Haemophilus influenzae B

Contexte

Dyspnée progressive dans un contexte de rhinopharyngite

Dyspnée d’emblée

Etat général

Conservé

Altéré

Fièvre

Modérée (38-38,5)

Elevée (40)

Signes associés

Voix enrouée

Toux rauque

Voix couverte Dysphagie intense Hypersialorrhée

Conduite à tenir

Corticothérapie HumidificationHospitalisation en cas d’échecTransfert médicalisé Hospitalisation en réanimationIntubation très fréquemment nécessaire pendant quelques joursHémocultures et PLAntibiothérapie (C3G type cefotaxine)
1. LARYNGITE AIGUE SOUS-GLOTTIQUE A. DIAGNOSTIC: EXCLUSIVEMENT CLINIQUE
  • POSITIF

1-3 ans

Au cours ou au décours d’une rhinopharyngiteFièvre modérée (38-38,5° C)Dyspnée laryngée (cf qu. nourrisson) progressive sur quelques heures

Toux rauque, voix enrouée

  • DIFFERENTIEL
L’examen clinique et l’évolution favorable dans les minutes suivant le traitement permettent d’éliminer les autres causes de laryngite infectieuse:Diphtérie laryngée ou croup:exceptionnel en France (0 cas depuis 1990)enfant non vacciné-voix éteinte-fausses membranes à l’examen de l’oropharynxEpiglottite B. CONDUITE A TENIR: URGENCE THERAPEUTIQUE
  • Sur les lieux de l’examen
Corticothérapie: Soludécadron IM 0,5 mg/kg éventuellement à renouveler une fois

Humidification de l’air

  • Evolution favorable:
Régression de la dyspnée dans les minutes suivant la corticothérapie. Signe le diagnosticHospitalisation non obligatoire Relais corticoïdes per os: beclométhasone (Celestène) 10 gouttes/kg/j 3 à 5 joursAntibiotiques discutés (etiologie virale)Pas d’examen complémentaire
  • Absence d’évolution favorable:
Laryngite sous-glottique grâve ou laryngo-trachéo-bronchiteSe méfier d’une épiglottite. Conduite à tenir: transfert médicalisé avec les précautions attachées à l’épiglottite 

C. FORMES CLINIQUES

  • Laryngite sous-glottique grâve:

Origine bactérienne

Corticoïdes inefficaces. Hospitalisation d’urgence.

Intubation fréquemment nécessaire

  • Laryngo-trachéo-bronchite:
Origine bactérienne (Staphylococcus aureus le plus souvent)Contexte septicémiqueDyspnée inspiratoire puis aux deux tempsLocalisation pulmonaire (râles, infiltrats radiologiques)Hospitalisation d’urgence.Antibiothérapie antistaphylococcique. Intubation souvent nécessaire
  • Laryngite sous-glottique non-dyspnéisante:
Au décours d’une rhinopharyngiteToux rauque et voix enrouéeEvolution favorable ou apparition d’une dyspnée
  • Laryngite sous-glottique récidivante:
·  Nécessite la réalisation à distance de l’épisode d’une endoscopie sous anesthésie générale à la recherche d’une malformation laryngée sous-jacente
  • Laryngite striduleuse (faux croup):

Début brutal, souvent la nuit

Toux rauque et dyspnée laryngée brèveInaugure la rougeole 2. EPIGLOTTITEUne des urgences majeuresA. ETIOLOGIEInfection à Haemophilus influenzae capsulé type 1B. La localisation au niveau de l’épiglotte entraîne des microabcès et un oedème volumineux.Localisations pulmonaire et méningée de ce germe également possible mais rare.B. DIAGNOSTIC: Triade dysnée brutale-dysphagie intense-fièvre élevée2-4 ansDébut brutalDyspnée laryngée majeure avec tirage importantVoix couverteDysphagie intense et hypersialorrhéePosition très évocatrice de l’enfant: assis, penché en avant et refusant le décubitusEtat général altéré et fièvre élevée (40°C) dans un contexte de septicémieC. CONDUITE A TENIR: EXTREME URGENCE THERAPEUTIQUE. MISE EN JEU DU PRONOSTIC VITAL
  • Transfert médicalisé en unité de réanimation
Sont proscrits par le risque d’arrêt cardio-respiratoire immédiat:Examen oropharyngé avec un abaisse-langueDécubitus (respecter la position de l’enfant)Les corticoïdes en attendant ce transfert sont possibles surtout si le diagnostic hésite avec une laryngite sous-glottique. Ils sont inefficaces en cas d’épiglottite.Aucun examen complémentaire n’a de place à ce stade.
  • Le traitement à l’hôpital:
Assurer la liberté des voies aériennes:par une intubation laryngo-trachéale souvent difficile le larynx étant obstrué par la volumineuse épiglottedans un bloc opératoirematériel de trachéotomie à proximitéPuis prélèvements pour examen bactériologique: Hémocultures, PL éventuellePuis antibiothérapie: Cephalosporine de 3ème génération type cefotaxime (Claforan)D. PROPHYLAXIE ET PREVENTIONTraitement prophylactique: Rifampicine chez les sujets contacts de moins de 4 ansTraitement préventif: Vaccination contre l’Haemophilus influenzae 1B. Dans les pays où cette vaccination est généralisée, l’épiglottite a pratiquement disparu.
Ajouter un commentaire
pour plus informations contacter moi sur mon e-mail:w.saoud@yahou.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site